Bienvenue sur mon blog

Voyage en Jordanie du 16 au 26 février 2020
20 mars, 2020, 8:46
Classé dans : Voyages

Jordanie, la découvrir pour la majorité d’entre nous, la revoir pour certains ! Mais pour tous, un nom magique, « Pétra » ! Nous la verrons dans la deuxième partie de notre voyage, et Pétra en sera en quelque sorte le sommet. Pour les quelques jours à venir, nous allons rayonner depuis Amman.

Amman, nous la découvrons le matin de notre arrivée. Ville immense, blanche ou ocre, étagée sur des collines, minérale… Peu de verdure mais des immeubles à perte de vue. Jordanie, « un pays au milieu de pays en flammes » a été et est encore terre d’accueil pour des réfugiés des pays voisins, Palestiniens depuis 1948, Irakiens, et plus récemment Syriens. Ce sont des millions de personnes que ce petit pays accueille, et qui pour certains contribuent à son développement économique. Mais ils pèsent aussi lourdement sur ce pays, malgré les aides internationales. Et la situation ne va pas en s’améliorant dans cette région du monde, avec les conflits en cours. Plus d’une centaine de nationalités sont présentes en Jordanie, et les différentes religions cohabitent harmonieusement. La Jordanie est un pays rêvé pour les archéologues ; si nombre de ses sites sont inscrits au patrimoine mondial de l’humanité, d’autres restent encore à fouiller, préserver et faire connaître aux générations futures !

Nous avons une vue panoramique de la vieille ville depuis la citadelle, les colonnes du temple d’Hercule, quelques-unes encore debout après un tremblement de terre au 8ème siècle. Puis descente vers la vieille ville. Le théâtre antique, qui pouvait accueillir six mille spectateurs, est lové entre les maisons, il est flanqué de deux musées dédiés au folklore et aux traditions populaires, respectivement. Nous admirons de superbes bijoux, colliers de jade et bracelets d’argent, des broderies. Un regret : nous ne verrons pas d’équivalents à ces splendeurs lors de nos – brèves – séances de magasinage …

La Mer Morte attend les courageux qui ont envie de se transformer en ludions… expérience qui se gagne, car le niveau de la Mer Morte baisse depuis des années, donc on marche ! Première journée bien remplie !

Les jours suivants, nous continuons nos découvertes autour d’Amman. Nous suivons l’ancienne route de la soie, pour la visite de trois des châteaux du désert, en particulier Qsar Amra, construit entre 723 et 743, et ses superbes peintures.

La couleur « locale » c’est le plat que nous avons dégusté à midi, « le maglouba » ou riz renversé. Et l’on nous rappelle régulièrement que Lawrence d’Arabie est venu ici, ou là, il est un quasi héros national !

Le site d’Umm Qais, tout au nord de la Jordanie, ne nous laissera pas un souvenir impérissable ! En revanche, Jérash, découverte sous les gouttes, reste impressionnante. La cité connut son apogée sous domination romaine, et se dota alors de temples, de deux théâtres, thermes, agora. Un voyage dans le temps sous les derniers rayons du soleil revenu.

Le Jourdain et le site du baptême de Jésus par Jean-Baptiste, puis le Mont Nébo, lieu présumé de la mort de Moise, enfin l’église Saint Georges de Mādabā, et sa superbe mosaïque byzantine qui représente une carte de la Palestine, complèteront notre périple autour d’Amman.

Au sixième jour de notre voyage, nous prenons la « Route des Rois » direction le sud ! C’est l’ancien itinéraire des caravanes, ainsi que la route suivie par Moise et les Hébreux en route vers la Terre Promise. Nous traversons une région assez aride, minérale, un paysage aux couleurs superbes, creusé de canyons et de gorges ; des barrages jouxtent les quelques taches vertes des cultures. Au passage, nous visitons la forteresse de Kérak, devenue le fief de Renaud de Châtillon en 1177, forteresse vainement assiégée par Saladin. Perchée sur son rocher, elle impressionne encore de nos jours !

Un arrêt au Petit Pétra nous donnera un avant-gout des découvertes à venir : le «Siq el Barid», creusé de tombeaux et de tricliniums.

Nous rejoignons l’Old Village Resort, sur le site d’un ancien village bédouin, petits bâtiments bas, loin des grands hôtels sans style qui ont fleuri tout autour du site.

Un week-end de visites de Petra est devant nous ! Nous approchons le site par le défilé, le Siq, et les premiers tombeaux méritent déjà un arrêt ! Le tombeau aux obélisques, des bétyles… Les appareils photo sont sollicités pour « immortaliser » toutes les teintes de la roche… Nous entrevoyons le bout du défilé, et le haut du « Trésor »,; El Khazneh nous apparait. Enfin il est devant nous dans sa totalité. C’est une grande émotion, partagée avec tous les visiteurs déjà présents. Mais le site est vaste, et d’autres splendeurs nous attendent, les tombeaux royaux, le théâtre, une église du 6ème siècle dont ne subsistent que les très belles mosaïques. Les « courageux » qui n’ont pas peur des centaines de marches à gravir – et redescendre – iront jusqu’au Deir et son monastère, ou au « Haut Lieu ».

le groupe devant le Trésor à Petra le groupe devant le trésor à Petra

Le désert du Wadi Rum est notre prochaine étape, nous suivons la dernière partie de la Route des Rois, les premières formations rocheuses apparaissent enfin. C’est un désert de roches, avec des formes érodées étonnantes, et des couleurs à dominante rouge. Nous goûtons un autre plat traditionnel, le zarb, une sorte de barbecue avec deux étages, viande et légumes, cuits dans un vaste four enterré dans le sable. Nous passerons la nuit dans un camp de toile dans ce désert du Wadi Rum, nuit froide et humide, car « miracle ! » il a plu pendant la nuit, ce qui n’arrive que quelques jours par an.

Et comme il faut quelques péripéties à tout voyage, la fin du nôtre n’en manquera pas ! Après la nuit arrosée dans le Wadi Rum, le mauvais temps nous a suivis jusqu’à Aqaba. Pluie et vent, ciel couvert, les bateaux restent au port, et l’aquarium est exceptionnellement fermé. Nous ne découvrirons pas les poissons de la Mer Rouge… Et notre voyage de retour sera lui aussi contrarié… Départ retardé et arrêt forcé à Istanbul… Mais retour réussi, avec encore des images plein les yeux !

Texte Birg Françoise

 



Voyage « Oman et les Emirats » du 26 décembre 2019 au 6 janvier 2020
11 janvier, 2020, 17:06
Classé dans : Voyages

Avez-vous déjà voyagé hors zone euro sans jamais avoir besoin de changer votre monnaie contre la devise locale ? Eh bien, ce fut la première surprise, aussi bien dans les Emirats qu’à Oman !

Même si nous avions une petite idée de ce qui nous attendait à Dubaï, ce fut quand même une surprise de découvrir l’excès omniprésent dans cet Emirat. Démesuré, extravagant, merveilleux, excentrique, grandiose, clinquant, sidérant, superficiel, inimaginable, tels sont les mots qu’il nous a inspirés. Epoustouflants d’imagination et d’audace les gratte-ciel, prodigieux par leur gigantisme et leur luxe les hôtels à 6 et 7 étoiles … Certes la rente pétrolière permet les fantaisies les plus délirantes (une VRAIE station de ski sous un immense dôme …) Mais il est permis de rester perplexe devant la vanité de cette fuite en avant, et dubitatif sur ce que deviendront dans le futur ces énormes opérations urbanistiques qui bouleversent zones désertiques et fonds marins.

L’Emirat d’Abu Dhabi, qui compte plus de 200 îles, plus vaste, plus aéré, et agrémenté de nombreux jardins et espaces verts, nous a laissé une sensation plus mitigée. Bien sûr la capitale des Emirats Arabes Unis aligne aussi tours de verre et d’acier, palais résidentiels, bâtiments gouvernementaux, marinas et toutes sortes d’attractions … et une immense et faramineuse mosquée en marbre blanc que le père fondateur de l’émirat a fait construire avec ses pétrodollars. Mais l’empreinte la plus forte nous a été laissée par le Louvre Abu Dhabi, merveille d’architecture aux lignes épurées, d’un blanc immaculé, comme posé sur l’eau. Son aérien dôme ciselé abrite le premier musée du monde arabe à vocation universelle : notre guide Termi, formée à la Sorbonne, nous a commenté, de façon éblouissante et émouvante, l’exposition permanente qui retrace l’histoire de l’humanité de la Préhistoire à nos jours, avec des œuvres de tous les continents, cultures, religions … Un grand moment …

devant le Louvre d'Abu Dhabi devant le Louvre d’Abu Dhabi

Et puis ce fut Oman, l’accueil paisible de ses habitants, la douceur de ses rivages, l’authenticité et la variété de ses paysages.

sous l'arbre à encens dans les montagne du Dhofar sous un arbre à encens dans la montagne du Dhofar

Et son originalité. Sa religion d’abord: l’ibadisme, 3ème voie entre le sunnisme et le chiisme, qui prône avant tout la tolérance. Ensuite sa population, issue de marins et de commerçants ayant voyagé depuis l’Afrique de l’Est jusqu’en Chine et donc ouverte aux différentes cultures. Et enfin son sultan, un homme visionnaire et très intelligent qui, depuis presque 50 ans, organise la modernisation de son pays en combinant avec sagesse richesses de la tradition et richesses de son sous-sol. Commerce de l’encens et des épices, système de gestion de l’eau si précieuse sous ces latitudes, sites archéologiques, forts et tours de guet, Oman est inscrit à divers titres au Patrimoine Mondial de l’Unesco. La reconnaissance de son patrimoine matériel et immatériel n’est que justice pour ce magnifique et attachant pays, qui, par ses spécificités, assure un rôle certain de modérateur et de négociateur au sein de ce Moyen Orient agité, on ne le sait pas assez …

sur une place à Mascate capitale de Oman sur une place de Mascate capitale d’Oman

Texte : Isabelle Le Bellegui



Voyage Italie du Nord : Turin, Parme, Mantoue et Ravenne, du 23 au 30 octobre 2019
3 novembre, 2019, 13:41
Classé dans : Voyages

Savez-vous combien il y a de tunnels autoroutiers pour se rendre à Turin à partir de Nice ?  Donnez un nombre. Réponse à la fin.

La capitale du Piémont, première étape du voyage, est surtout connue pour sa cathédrale qui renferme le Saint-Suaire et pour son ancien palais royal qui rappelle le rôle historique de la Maison de Savoie. Pour les amateurs de foot, Platini, Deschamps et Zidane ont joué à la « Juve », le club local. Mais elle est aussi connue par la Fiat, chère à la famille Agnelli. Les bâtiments successifs du constructeur ont quitté le centre historique de la ville pour s’installer en périphérie et ont donné naissance, après un « relooking »réussi par Renzo Piano, à un important centre commercial baptisé avec un énorme « 8 »métallique rouge, comprenant nombre boutiques et un musée. Vous l’avez compris, Turin garde encore les stigmates d’une cité industrielle austère, malgré la reconversion culturelle et touristique opérée lors des JO d’hiver en 2006. Et, si la visite du parc du Valentino au bord du Pô et du « Borgo medievale », reconstitué pour l’expo de 1884 avec sa grande forteresse et ses maisons entourées d’enceintes et de tours, aura permis de se dégourdir les jambes après 388km d’autoroute, les rues et avenues de ka ville manquent visiblement de verdure. Heureusement aussi que la ville a 18 km de galeries en arcades, bien utiles pour visiter le cœur historique à pied et jeter un œil sur le marché de plein air, surtout lorsqu’il pleut, comme ce fut le cas le 2ème jour. Mais cela n’a en rien entamé le moral du groupe qui a fait son cinéma au musée et a rendu visite aux pharaons dans l’autre musée. Il fallait bien une tasse de Bicerini (café+chocolat+crème à ne pas mélanger pour déguster) au café San Carlo pour se remettre de toutes ces émotions et envisager avec optimisme la suite du voyage à Parme, le soleil étant annoncé pour le lendemain.

Parme, pour tout un chacun, c’est le fromage mais aussi le jambon. La fabrication du parmesan n’a aujourd’hui plus de secret après la visite de la « latteria Damiani » située à 11km de Parme, d’autant que le «  Parmiggiano Reggiano » et le vin rouge « Fortana del Casaro » étaient excellents, tout comme le proscuitto, le salame et la coppa dégustés plus tard au restaurant. C’était le top ! Et une excellente entrée en matière pour visiter la cathédrale, le baptistère et, dans le complexe Pilotta, l’original théâtre Farnese entièrement construit en bois et pour admirer les œuvres de Fra Angelico, le Corrège, du Greco et bien sûr du Parmesan dans la galerie nationale..

Que dire alors de Vespasien de Gonzague, prince humaniste, qui fit construire une cité modèle à Sabbioneta, entourée de remparts. On peut y voir le palais ducal, l’église de la Vierge couronnée, la synagogue témoin d’une communauté juive importante. Au musée d’art sacré, découverte de la toison d’or offerte à Vespasien par le roi d’Espagne pour services rendus et retrouvée dans son cercueil.

Mantoue sous le soleil, c’est réjouissant. Entourée de trois lacs, l’ancienne capitale des Gonzague mérite vraiment le détour. On s’y sent bien et cela tranche avec Turin vu sous la pluie. Le palais ducal est impressionnant, les ruelles bondées abritent de nombreux cafés, bistrots et restaurants, les églises et palais se succèdent. Se promener dans Mantoue, un vrai délice malgré un programme toujours bien rempli. Car, avant de se rendre à Ravenne, il faut encore visiter le Palais du Te, édifié sur une ancienne villa romaine sur l’ile qui lui donne son nom. Toujours fascinant de se plonger dans ces époques qui conjuguent renaissance et maniérisme oùles chevaux occupent une place importante.

Ravenne, c’est l’ancienne capitale de l’empire romain d’occident. Ici la mosaïque est reine. C’est la deuxième fois que « Découverte et Culture » se rend dans cette cité légendaire. C’était en septembre 2007 pour un voyage centré sur la mosaïque. Effectivement, palais et églises regorgent de ces précieuses tesselles qui font sa gloire et attirent les touristes du monde entier. Saint-Apollinaire –le- Neuf, les baptistères des orthodoxes et des Ariens, témoins des luttes intestines au sein des églises, le palais archiépiscopal, le Duomo , l’église San Francisco, le Mausolée de Gala Placida témoignent d’une splendeur passée qui rime aussi avec chrétienté , où Théodoric et Justinien ont laissé leur empreinte. Flâner dans le cœur historique est un vrai bonheur.

Sur le chemin du retour, escapade à Colonata où, Maurice, le chauffeur du car, a pu montrer tout la dextérité de sa conduite sur les lacets de la route menant au village. Le lard y est excellent et réputé mais à Carrarra, il fallait rester de marbre, non pas à cause de la pluie, qui a perturbé la visite, mais à cause de la nuit qui s’est soudain abattue dans le Duomo à notre arrivée. Visiter une cathédrale dans la pénombre dénote chez le guide …une certaine piété. Puis, halte chez un marbrier copiant à l’aide d’un burin pneumatique une statue montrant ainsi tout son savoir-faire acquis au fil des ans.

Escapade aussi, un peu plus tard après une halte à Arenzano, au jardin botanique Hanbury dans la commune de Vintimille, le richissime Anglais ayant fait fortune dans le commerce des épices. Le grand portail franchi, plongée dans une ambiance de jardin exotique avec une incroyable variété d’espèces venues des quatre coins du monde. Promenade escarpée et instructive.

Le voyage en Italie ne serait pas complet sans une halte à Vintimille pour accomplir les derniers achats et si la gastronomie n’intervenait pas dans les discussions. Chaque fois, au cours de ce voyage, les plats typiques de la région furent très appréciés : bien sûr, les nombreuses variétés de pâtes, la charcuterie excellente, la pâtisserie comme la succulente sbrisolona … mais la découverte des « tortelli di zucca », ravioli fourré d’une farce faite à base de citrouille et de biscuit aux amandes saupoudré de parmesan a remporté tous les suffrages. Comme quoi, la culture fait bon ménage avec la gastronomie du pays. N’était-ce pas le but recherché ?

Réponse à la devinette : Il y en a 103 : 23 jusqu’à Vintimille, 60 jusqu’à Gênes et 20 jusqu’à Turin.

photo de groupe devant un palais les participants

Texte : Alain Peynichou

 

 

 

 



Voyage Bordeaux Découverte du 21 au 24 mai 2020
29 octobre, 2019, 13:52
Classé dans : Voyages

Ci-dessous, le programme et le bulletin d’inscription pour le voyage « Bordeaux Découverte » organisé pour les adhérents de Découverte et Culture, du 21 au 24 mai 2020.

fichier pdf programme Bordeaux Découverte pour adhérents

fichier pdf Bulletin d’inscriptions Bordeaux Découverte pour adhérents



Voyage en Azerbaidjan du 20 au 27 avril 2020
30 septembre, 2019, 15:26
Classé dans : Voyages

Ci-dessous, le programme et le bulletin d’inscription pour le voyage en Azerbaidjan organisé pour les adhérents de Découverte et Culture du 20 au 27 avril 2020.

fichier pdf programme voyage Azerbaidjan

fichier pdf Bulletin inscription voyage Azerbaidjan



Voyage dans les Pays Baltes du 8 au 15 juin 2019
20 juin, 2019, 10:26
Classé dans : Voyages

Sans fausse honte on avouerait avoir quelque hésitation à les situer sur une carte ; ils font pourtant partie de l’Europe depuis 15 ans ; petits par leur superficie (à eux trois, à peine 1/3 de la France !) mais grands par la richesse de leurs histoires et de leurs cultures … Tels sont, du nord au sud, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie que nous avons eu le grand plaisir de découvrir à travers leurs capitales respectives.

Tallinn, où Ville Haute et Ville Basse forment un cœur médiéval magnifiquement préservé. Riga, au bord de la Baltique, et ses spectaculaires immeubles Art Nouveau. Vilnius, important foyer de culture yiddish dans le passé, la plus catholique aujourd’hui.

 le groupe à Tallinn capitale de l'Estonie A Tallinn capitale de l’Estonie

Ces pays du Nord de l’Europe ont en commun les souvenirs des chevaliers teutoniques, de la ligue hanséatique, du passage des armées napoléoniennes, du commerce de l’ambre, qui, lui, est toujours d’actualité, n’est-ce pas, Mesdames ! … tout en ayant des particularités de langue, de religion ou de destin.

 le groupe à Riga capitale de la Letonie A Riga capitale de la Lettonie

Ce qui les rend vraiment attachants aujourd’hui, ce sont les surprises que nous réservent la richesse de leur patrimoine architectural et artistique, la beauté de leur nature préservée et de leurs villes vertes.

 dans une petite ville de Lituanie une petite ville de Lituanie

Mais surtout, surtout, alors que huit siècles d’occupation (danoise, suédoise, allemande, soviétique) leur ont laissé des empreintes douloureuses, nous avons été touchés, à travers les commentaires des guides très compétentes, par leur fierté d’avoir recouvré leur indépendance et la maîtrise de leur avenir, et par leur enthousiasme à affirmer leur identité et à transmettre l’amour de leur pays.

Ajoutez à cela une météo obstinément ensoleillée, et vous aurez compris que ces découvertes baltes nous ont véritablement enchantés. Nous ne saurions trop vous conseiller d’ailleurs d’aller y voir à votre tour !!

Texte : Isabelle Le Bellegui,

Photos : Annie Mattei



Voyage en Jordanie du 16 au 26 février 2020
17 juin, 2019, 14:21
Classé dans : Voyages

Ci-dessous, le programme et le bulletin d’inscription pour le voyage en Jordanie organisé pour les adhérents de Découverte et Culture du 16 au 26 février 2020.

fichier pdf programme voyage Jordanie 2020 pour adhérents

 fichier pdf Bulletin Inscription Jordanie 2020 pour adhérents



Calendrier des voyages 2020 de Découverte et Culture
16 juin, 2019, 15:11
Classé dans : Voyages

Voyages prévus par Découverte et Culture, en 2020 :

  • Jordanie du 16 au 26 février,
  • Naples et les îles du 13 au 20 avril,
  • Bordeaux du 21 au 24 mai,

  • Azerbaidjan (vacances Toussaint : 8 jours).



Voyage en Cappadoce du 11 au 19 avril 2019
24 avril, 2019, 16:23
Classé dans : Voyages

La Cappadoce vous connaissez ? Oui, bien sur, le plateau Anatolien, les cheminées de fées…….et après ? Là cela devient plus difficile ! D’ailleurs les hordes de touristes asiatiques qui visitent le monde a des allures de supersoniques ne s’arrêtent pas sur les sites où nous nous sommes rendus ? Car, en effet, si les reliefs particuliers de l’Anatolie sont connus, et à juste titre car fantastiques, il n’en demeure pas moins qu’ils sont fortement concurrencés par les vestiges de la présence humaine très ancienne dans cette région.

le groupe assis dans le caravaneserail 2 le groupe dans un caravanserail

Dés la préhistoire on retrouve des traces de peuplement humain, puis des vagues d’envahisseurs se sont succédées, dont les hittites qui ont laissé de nombreuses traces en particulier l’énorme site de Bogazkale (ancienne Hattusa), Romains, Perses, Mongoles …. jusqu’aux Ottomans. Ces invasions progressives auraient conduit les habitants à creuser des villes sous la surface puis à construire des forteresses pour se protéger. Tous ces peuples se sont mêlés jusqu’à former l’actuel peuple Turc. Donc en dehors des traces des Hittites, plus « récentes », nous avons trouvé les traces des chrétiens, des musulmans… avec le splendide monastère d’Eski Gümüs entièrement creusé dans la roche et qui fait étrangement pensé aux églises éthiopiennes, de nombreuses églises byzantines aux fresques encore bien conservées, des église arménienne, des habitations et églises rupestres (Göreme), pigeonniers, mosquées, médersas, caravansérails……sans oublier la ville souterraine de Kaymakli qui s’étage sur 10 niveaux.

le groupe grimpant le groupe montant vers les églises rupestres

Enfin arrivés à Ankara, nous attendaient le mausolée d’Ataturk premier président de la République de Turquie et « père » de la nation Turque moderne puis, « bouquet final » le Musée des civilisations anatoliennes qui présente dans le décor d’un ancien marché couvert un ensemble de pièces représentant les différentes civilisations de la région, toutes remarquables.

le groupe devant le mausolée d'ataturk devant le mausolée d’Ataturk

Enfin ce voyage fut gentiment égayé par les « pauses-apéritif-raki » que tous apprécièrent !

Nous avons découvert beaucoup plus que nous imaginions au départ, aussi permettez moi un conseil : allez en Cappadoce vous ne le regretterez pas et vous serez bien accueilli par les populations locales !



Voyage au VietNam et au Laos du 5 au 18 février 2019
22 février, 2019, 3:09
Classé dans : Voyages

Nous voici rentrés de notre périple au Nord Vietnam et au Nord Laos.
Si le voyage nous a permis de découvrir des paysages remarquables dans la forêt tropicale, dans les sommets brumeux de Sapa…, il n’en a pas moins été assez fatiguant. En effet les moyens de transport utilisés n’étaient pas toujours très confortables : train de nuit au Vietnam (ce n’est pas notre TGV) et les couchettes « molles » étaient assez « fermes », les trajets en autocars et en 4X4 sur les « routes » et les pistes laotiennes assez sportifs…

le groupe devant un temple à Luang Prabang au Laosle groupe devant un temple à Luang Prabang au Laos

La croisière sur le Mékong, la cérémonie du « baci» chez l’habitant, les temples et palais de Luang Prabang , les visages des enfants et des membres des éthnies minoritaires, l’apéritif au vin de riz, le cours de cuisine à Hanoï, les merveilleuses mosaïques en verre…… sont autant de moments que nous n’oublierons pas. Nous avons apprécié le Laos, petit pays très pauvre, où la population rurale sait utiliser toutes les ressources de la forêt tropicale : bois, racines, herbes, insectes,….et fait preuve d’un calme à toute épreuve à l’opposé de son voisin le Vietnam, pays en constante agitation et qui veut incontestablement progresser. Les deux nous ont intéressés, et leurs habitants ont su nous y accueillir avec bienveillance. Bonne chance à vous populations des pays de l’Asie du Sud Est.

jeune

une représentante des éthnies minoritaires du Viet Nam

 


123456

architecture news |
myart |
Toute une vie en photos |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Editions Le Pli
| puretenoire
| lantredumagicien